Merci…

Merci…

Merci…

Pâques 1980… c’était très exactement la naissance de mon premier ouvrage : ¨Récits d’un voyageur de l’Astral¨… Et voilà que dans quelques semaines, ce sera Pâques 2019 et que j’en serai au 2ème ou 3ème chapitre de mon 38ème livre…

L’an prochain, dans la foulée, je franchirai le cap d’un autre dizaine de ¨printemps¨ et, ce matin, en jetant un coup d’œil par-dessus mon épaule, je prends une fois encore conscience de cela. J’y crois à peine… presque quarante ans se sont écoulés et bientôt autant de livres seront nés sous ma plume.

Cela veut dire que j’ai déjà passé certainement plus de la moitié de mon existence à écrire, à vous écrire. Car, n’en doutez pas, c’est bien à vous que j’écris à chaque fois que j’entame, comme une exploration et un pèlerinage, l’itinéraire que constitue la rédaction d’un nouvel ouvrage.

Alors voilà, il fallait tout de même que je vous le dise… parce que si ces presque quarante ans uniquement consacrés à l’écriture et au témoignage ont été possibles, c’est bien grâce à vous, lecteurs connus ou inconnus, grâce à votre fidélité, à la constance de votre recherche intérieure, à votre volonté aussi de faire de notre monde un monde meilleur.

Pour l’oreille attentive que vous m’avez prêtée et pour la confiance que vous continuez de me témoigner, je tiens à vous dire ici un très grand merci. C’est un merci du fond de l’âme car j’estime que c’est faire l’objet d’un privilège que de compter une multitude d’amis et de complices sur le même chemin de Lumière et d’Espoir à travers le monde entier.

Chaque jour, chaque semaine, chaque mois, vos lettres viennent me rejoindre. Je ne peux pas toujours, pas souvent devrais-je dire, y répondre. Je suis certain que vous en comprenez la raison et que vous m’en excusez… Elles sont trop nombreuses et y donner suite individuellement signifierait nécessairement arrêter de vous offrir d’autres livres. Sachez néanmoins que je lis attentivement toutes celles qui me parviennent et que, pour très nombreuses qu’elles soient, elles ne sont jamais anodines à mes yeux. Lorsqu’un contact s’établit et s’installe entre le rédacteur d’un livre et ses lecteurs, c’est toujours précieux et cela doit être considéré comme un cadeau du Ciel, un cadeau qui n’est jamais un acquis. J’en suis très conscient et de cela je vous remercie également.

Je profite maintenant de cette circonstance pour vous faire un aveu : Je ne me suis jamais senti écrivain… bien que, de toute évidence, je le sois jusqu’au bout de la plume que je plonge dans mon encrier ! Même après tant de livres et aussi absurde cette affirmation puisse-t-elle paraître, c’est pourtant la réalité de ce que j’éprouve au fond de mon âme.

Lorsque, fin 1977, j’ai débuté la rédaction de ¨Récits d’un voyageur de l’Astral¨, je n’ai pas imaginé un seul instant qu’elle serait suivie d’une autre, puis d’encore une autre et ainsi de suite…
Le mouvement de la vie m’a emporté, presque malgré moi, sur un chemin de découverte intérieure qui a fait de moi un témoin bien plus qu’autre chose.

Je suis avant tout un mystique, c’est-à-dire un explorateur de la vastitude de la Conscience. C’est pour une telle raison que je soigne mon écriture, parce qu’on ne peut pas se permettre de chanter l’infiniment Grand avec des mots approximatifs.

En vérité, je n’écris pas parce que j’aime écrire mais parce qu’il le faut, parce que je porte en moi la trace d’un espace d’Espoir et de Lumière qu’il est urgent de partager. Et surtout, surtout parce qu’il y a une perpétuelle Présence qui vit au creux de ma poitrine et que je ne peux me retenir d’offrir.
C’est celle, vous l’avez deviné, d’un certain Maître qui vint nous rendre visite il y a deux millénaires, celle aussi de ses Frères en esprit qui n’ont cessé de m’accompagner, même lors des heures les plus difficiles.

Et de ces heures, il y en a eu, oui. Ces presque quarante années n’ont pas été celles d’un parcours facile. J’y ai connu, comme tout un chacun, mon lot d’épreuves avec la particularité d’avoir parfois déchaîné quelques passions et incompréhensions. Vie publique oblige…
Mon itinéraire en a parfois dérouté plus d’un, c’est évident. Cet itinéraire n’a cependant fait qu’illustrer mon authenticité à ne pas craindre d’exprimer le sens de la métamorphose et d’aller de l’avant, loin de la pétrification.

Il s’en est bien sûr trouvé, de temps en temps, pour affirmer que j’étais radicalement « pris par les forces obscures ». J’ai préféré en sourire, laissant mes livres raconter le vrai contenu de mon cœur et de ma mémoire. Je suis simplement et tout entier dans les quelques milliers de pages que j’ai rédigées.

« Combien d’ouvrages est-ce que vous comptez encore écrire ? » me demande-t-on parfois. Je l’ignore… Autant que l’¨On¨ m’en demandera, autant que j’estimerai aussi avoir quelque chose à dire sans me répéter et aussi longtemps que j’en aurai la force. Je ne me soucie pas de cette réflexion que j’ai un jour lue à mon sujet : « Méfions-nous de quelqu’un qui se force à publier un livre par an, c’est suspect. »

En ce qui me concerne, je me méfie de deux ¨choses¨ : de la tiédeur et de la stérilité qui en découle. Toutes deux nous font nous endormir et dénigrer ce qui prend le risque de vivre vraiment.
Alors, à tous ceux qui ont compris cela et qui ont eu le courage, très souvent sous la critique familiale et sociale, de me faire confiance depuis tant d’années, je dis encore un grand merci !
Notre Famille d’âmes est bien plus nombreuse qu’on ne le croit… Elle attend son heure et y travaille en l’appelant.

Très fraternellement et affectueusement à vous.

Daniel Meurois

 

la mort et l’après-vie

la mort et l’après-vie

La mort… Qu’y a-t-il réellement de l’autre côté ?

Chers amis,
Marie Johanne et moi-même avons été invités à donner un séminaire sur « la mort et l’après-vie », à l’automne dernier à Madrid. Beaucoup de personnes intéressées n’ont évidemment pu y assister. C’est la raison pour laquelle l’IIHS, un institut créé par note ami Jean-Charles Chabot, a souhaité mettre à la disposition de tous un coffret video reprenant l’essentiel, en Français, bien sûr, de ce qui a été enseigné et échangé lors des 2 journées de cet évènement. Je vous laisse ici en prendre connaissance si vous souhaitez y avoir accès.
Merci !
NOM D’UN ACRONYME !

NOM D’UN ACRONYME !

NOM D’UN ACRONYME !

L’autre jour, j’ai rencontré une personne qui, loin d’être au RSA, avouait être soumise à l’ISF et s’intéresser à une SCPI. En l’écoutant parler de ses amis de l’OCDE, je me suis dit qu’il y avait alors de fortes chances pour qu’elle ne soit pas trop tourmentée par la CSG et que le débat sur les GAFA dans l’UE ne l’empêchait pas de dormir. Son souci était plutôt de savoir voir ce que disait l’AMF en fonction du FMI ou de la BCE. Était-il sage d’investir dans SFR ou dans LVMH ? Elle a quand même reconnu avoir besoin de se divertir, en regardant parfois ONPC ou TPMP. Évidemment, simultanément il fallait qu’elle s’intéresse à de possibles placements dans l’IA et, si on en croit l’AFP, ne plus soutenir VDLV dont l’avenir était incertain.
Elle m’a aussi confié que, par prudence, elle changeait régulièrement d’URL avec l’aide, bien sûr, d’un spécialiste en HTML qui, avec son PC, savait brouiller les pistes. Cette tranquillité d’esprit lui permettait d’avoir le loisir, une BD à la main, d’attraper le premier TVG pour se rendre à l’EVJF d’une amie, celle qui venait de subir une IVG au CHU et qui craignait d’avoir le VIH.
Dans la foulée cette personne m’a même raconté que, plusieurs fois par an, elle se rendait au Québec, chez un ami qui était gérant local d’une SAQ. Celui-ci se branchait toujours sur TVA ou RDI afin de savoir où en étaient le PQ ou la CAQ ainsi que les ONG d’Haïti en attendant que le Gouvernement se décide à installer une LGV entre Québec et Toronto, voire New-York… Tous deux se disaient que ce serait bien pour mieux suivre l’évolution de la LNH ou se rapprocher des activités de l’AAF. Quant à l’intérêt local de l’ami québécois pour l’UQAM, le REM, le débat autour des CPE ainsi qu’à ses relations avec le CPAC, ce n’était pas son problème…
Lorsque la personne rencontrée a pris congé de moi suite à la réception du SMS d’une copine ayant eu recours à la GPA, nous étions juste en face du MSSS, à côté du kiosque à journaux où une affiche évoquait le dernier procès à la CEDH et le problème des OGM.
« Si on en avait eu le temps, à propos de l’UE j’aurais aimé savoir ce que tu penses de l’EPR à Flamanville… Il paraît que la NPI n’est pas au niveau. Et puis au fait… tu y crois aux OVNI ? Ça ne m’étonnerait pas ! », me lança-t-elle en traversant la rue.

Vous avez compris ? Très franchement pas moi. Du moins pas complètement… parce que ça m’a mis quasiment HS.
Ce petit récit plus ou moins imaginaire s’est imposé à moi ce matin bien davantage pour le sourire que pour la critique d’une société qui se mécanise, voire se robotise chaque jour davantage. Une société qui, tout simplement, cherche à grignoter quelques malheureuses secondes à chacun de nous dans leurs échanges frénétiques.
Oui, le sourire est sans doute la meilleure attitude à adopter face à la dévitalisation et à la déshumanisation du langage à laquelle nous contribuons tous dans le tourbillon de la vie actuelle. Faire marche arrière et réapprendre à parler avec des mots qui soient des mots ? Je n’y crois pas… Nous sommes à l’époque de la déstructuration et sans doute est-ce juste ainsi puisqu’il arrive toujours un temps où il faut accepter de déconstruire pour réinventer.
Je ne peux cependant m’empêcher de m’amuser à la seule idée d’imaginer le casse-tête auquel devront faire face les quelques archéologues qui dans quelques centaines ou milliers d’années découvriront le peu qui restera de nos annales écrites truffées d’acronymes… si annales écrites il reste puisque le virtuel avale tout.
Le peu qui restera, ai-je dit ? Oui, c’est certain car, avec un minimum de lucidité, nous devrions admettre que notre monde, nos sociétés passeront tout comme sont passées des quantités d’autres qui se juraient immortelles. Ce n’est pas triste. C’est seulement le juste mouvement de la vie.
Le tout, au cœur de ce mouvement, c’est d’avoir le courage d’y rester vivant et non pas semblable à un robot exécutant et subissant. Préserver une âme qui observe les métamorphoses de son temps tout en gardant sa capacité d’espérer parce que d’aimer. C’est si précieux…
LOL !

@ Daniel Meurois avril 2019

PETIT LEXIQUE POUR LES NULS :
– RSA : Revenu de solidarité active
– ISF : Impôt sur la fortune
– SCPI : Société civile de placement immobilier
– OCDE : Organisation de coopération et de développement économiques
– CSG : Contribution sociale généralisée
– GAFA : Google, Apple, Facebook, Amazon
– UE : Union européenne
– AMF : Autorité des marchés financiers
– FMI : Front monétaire international
– BCE : Banque centrale européenne
– SFR : Société française du radiotéléphone
– LVMH : Louis Vuitton Moët Hennessy
– ONPC : On n’est pas couché
– TPMP : Touche pas à mon poste
– IA : Intelligence artificielle
– AFP : Agence France-presse
– VDLV : Vincent dans les vapes
– URL : Uniform resource locator
– HTML : Hypertext markup language
– EVJF : Enterrement de vie de jeune fille
– CHU : Centre hospitalier universitaire
– SAQ : Société des alcools du Québec
– TVA : Téléviseurs associés ( au Québec ).En France : Taxe sur la valeur ajoutée
– RDI : Réseau de l’information
– PQ : Parti québécois
– CAQ : Coalition avenir Québec
– ONG : Organisation non gouvernementale
– LGV : Ligne grande vitesse
– LNH : Ligue nationale de hockey
– AAF : Alliance du football américain
– UQAM : Université du Québec à Montréal
– REM : Réseau express métropolitain
– CPE : Centre de la petite enfance
– CPAC : Confédération des peuples autochtones du Canada
– GPA : Grand prix d’Amérique
– MSSS : Ministère de la santé et des services sociaux
– CEDH : Cour européenne des droits de l’homme
– OGM : Organisme génétiquement modifié
– EPR : Réacteur pressurisé européen
– HS : Hors service

RÉFLEXIONS PAÏENNES

RÉFLEXIONS PAÏENNES

RÉFLEXIONS PAÏENNES

Ce matin, en découvrant certaines affirmations papales toutes récentes et même toutes chaudes encore, quelques petites réflexions me sont aussitôt venues. Je vous les livre brièvement ici…

Si j’ai bien compris, lorsque des crimes sont commis, au bout du compte ce n’est pas vraiment la faute de qui que ce soit mais c’est celle de Satan. Ah ? Satan ? On n’y avait pas pensé… Mais qui est Satan, au juste ?

Voici un rappel ou une information pour ceux qui ne se seraient pas posé la question…
Pas plus que Dieu, Satan n’est aucunement ¨quelqu’un¨ caché quelque part dans l’univers. Étymologiquement, son nom signifie ¨l’adversaire¨. Mais quel adversaire, direz-vous ? Si ce mot ne désigne pas un être, c’est qu’il n’est pas non plus à comprendre comme un nom propre mais plutôt comme une fonction, un mécanisme de mise à l’épreuve que chacun de nous expérimente en lui-même et qui passe par le libre-arbitre quotidien.

En résumé, Satan est la force ou le Principe de dispersion et donc d’invitation à une perte de lumière inhérent à nous-même et face auquel nous ne cessons de nous mesurer intérieurement sur le chemin de notre évolution.

C’est aussi, en conséquence de cela, un égrégore, c’est-à-dire une forme-pensée collective, un potentiel énergétique engendré par notre humanité dans ce qu’elle a de plus bas et qu’elle continue d’entretenir au fil des Temps…

Quant à ces fameux ¨païens¨ qui, apparemment, tendent constamment la main à Satan, qui sont-ils au juste ?
Le mot ¨païen¨ tire son origine du terme latin ¨paganus¨ qui désigne celui ou celle qui vit dans un village ou, plus globalement, un habitant des campagnes, autrement dit tout impie et donc tout ¨ignorant¨ qui constate et reconnaît qu’il existe des forces, des intelligences qui peuplent la Nature et qui savent d’expérience qu’il convient de respecter celles-ci.

Personnellement, je dois être un ¨sacré païen¨ car, depuis environ 35 ans, j’ai la plupart du temps choisi de vivre dans des villages et parce qu’aujourd’hui encore, j’ai la chance d’avoir la Nature à ma porte.

Qui plus est, et pour aggraver mon cas aux yeux de la gente vaticanesque, à chaque fois que j’ai l’impression de faire un faux pas, j’ai pour habitude de me dire que j’aurais pu ¨mieux faire, mieux dire¨ ou encore ¨ne pas faire ou ne pas dire¨ du tout… mais en aucun cas d’accuser un certain ¨Satan¨ de mon imperfection.
Allons donc ! Il serait peut-être temps que l’Église de Rome revoie sa copie et rectifie son vocabulaire car celui-ci est définitivement éculé.

Quant à son argumentation, elle ne peut plus satisfaire que quelques fidèles dont le nombre fond comme une peau de chagrin et qui se débattent encore dans la puérilité déresponsabilisante et désormais insensée d’un dogme momifié.

Pardonnez-moi ces quelques propos tranchants… Je ne suis jamais qu’un païen et donc un pauvre pécheur sans aucun doute visité par Satan en ce moment-même… et peut-être carrément habité par lui en permanence puisque ce pécheur-là estime que l’Église est dramatiquement passée à côté de son rôle d’Enseignante et d’ouvreuse des consciences.

Mais à vrai dire, que peut-on enseigner quand on a perdu la Connaissance depuis fort, fort longtemps, qu’on a menti puis qu’on s’est enlisé dans la densité des siècles et du pouvoir ?

Alors, très franchement, comme il m’arrive souvent de le dire, ne pensez-vous pas qu’il serait peut-être temps de tourner la page d’un certain Christianisme pour enfin découvrir un nouveau Souffle dénué de dogme, sans la moindre institution pontifiante ni sclérosante, le Souffle du Christisme ? De celui-là, il y a beaucoup à espérer.
Évidemment, on pourrait sans doute dire beaucoup de ¨choses¨ tout aussi édifiantes et révoltantes par rapport d’autres religions ou traditions. Ce ne serait vraiment pas plus gai…

Tout cela pour conclure qu’il est urgent de faire un grand ménage et de revoir complètement notre rapport au Sacré, au Divin et finalement à la Vie. Question de survie à tous les niveaux… sinon, c’est la Planète qui s’en chargera.

Mais… pour en revenir au Vatican, je ne serais pas surpris que le prochain tsunami vienne des religieuses…

© Daniel Meurois.
24 Février 2019

 

Vivre selon le mental du coeur…

Vivre selon le mental du coeur…

Vivre selon le mental du coeur…

Si on revenait sur la force du mental en nous ?

Frère Morya nous faisait part de sa réflexion…sur ce sujet.


Il n’y a pas que des  »comptes en cieux … » il existe vraiment des fenêtres célestes par lesquelles nous sommes observés d’En-Haut …

Je ne peux que déplorer une forme de léthargie que je vois progressivement s’installer chez un grand nombre d’entre vous et qui gagne l’ensemble de vos réalisations en ce lieu, en cette Terre.

Il me semble à écouter vos coeurs, à écouter le bourdonnement de vos raisonnements, à constater l’agitation avec laquelle vous construisez et détruisez quelque chose dans votre vie, que vous n’avez pas réellement trouvé, compris le pourquoi , non seulement de votre venue en ces lieux, mais aussi le pourquoi et le comment de l’action que vous avez entreprise jusqu’à présent. Voici la raison pour laquelle je vous pose réellement et du fond de mon âme cette question : avez-vous réellement choisi ce que vous avez à faire dans votre vie ?

Bien sûr, vous allez me répondre que oui, j’ai choisi, nous avons choisi, sinon nous ne serions pas en ces lieux, sinon notre vie ne serait pas centrée sur certaines préoccupations, sinon nous n’agirions pas selon notre coeur…

Mais voici que je pose une autre question: Agissez-vous asussi souvent que vous le dites selon la force de votre coeur ?

N’auriez-vous pas tendance plutôt à vivre selon le mental du coeur? C’est-à-dire selon une forme illusoire d’amour ? Beaucoup d’entre vous, je vous le dis, sont préoccupés par une sorte de confort personnel, par une sorte de bien-être, par une sorte d’égocentrisme, d’égoïsme.
Il me faut également vous dire que vous souffrez d’un trop grand nombrillisme …Comprenez-vous tout ce que cela signifie ?

La majorité d’entre vous a, hélas, petit à petit, émoussé sa capacité d’émerveillement ! Êtes-vous à ce point suralimentés en informations, suralimentés en dons de toutes sortes ?

Ces questions, vous vous les êtes parfois entre vous déjà posées. Parfois, elles ont fait l’effet l’objet de certains débats, de quelques soirées entre amis, mais quelles réponses y apportez-vous quotidiennement ? Tous êtes concernés, croyez-moi, par ces paroles, voilà pourquoi il me faut encore une fois vous sortir de votre torpeur. Non pas tout simplement pour votre avancement personnel, car ce n’est pas d’avancement personnel dont il s’agit. Mais tout simplement de lumière, de lumière au niveau planétaire, car il me semble qu’une trop grande partie d’entre vous ne mesure pas actuellement dans quel état de trouble de désarroi se trouve non seulement votre planète en tant qu’être vivant mais aussi son humanité.

Certes…
Il est facile d’avoir bonne conscience lorsqu’on se réunit régulièrement, lorsqu’on réalise certaines choses dans un ilôt de paix. Il est facile d’être content de soi et de s’endormir parce que l’ont fait partie de ceux qui ont compris, que l’ont fait partie parait-il, d’une forme d’élite qui travaille sur soi, qui chemine, qui aide les autres.
Mais prenez conscience, oui, prenez conscience réellement du fossé qui existe encore entre la pureté de votre coeur, la concrétisation et la force de votre coeur…et ce qui en réalité, émane de vous.
Choisissez votre camp, frères et soeurs !

Nous ne disons pas cela pour entretenir une dualité, nous disons cela parce qu’il est plus que jamais temps que vous vous débarrassiez d’une certains nombres de faux prétextes pour ne pas agir…pour conserver tout simplement un confort.

Beaucoup trop d’entre vous estiment faire partie d’une sorte d’intelligentsia de la spiritualité. Détrompez-vous !
Vous des êtres comme tant d’autres, des êtres simplement qui ont su se placer dans des circonstances qui leur laissent la possibilité d’oeuvrer pour l’humanité !
Et que faites-vous de ces circonstances ?

Il est assez étrange de constater que dans les milieux qui se disent spiritualistes et qui prétendent agir au niveau planétaire, chacun ait de bonnes raisons pour se croire réellement au-delà de toutes critiques et dans le bon sens, dans  »le bon chemin .

Mes Frères et moi-même, Morya, n’avons que faire en réalité de toutes les discussions et de toutes les querelles pusillanimes qui vous secouent périodiquement. De toutes les crises égotiques qui vous secouent également encore…

N’oubliez pas que vous n’agissez pas pour vos Frères de lumière car vous agissez pour vous et vos frères de la terre.
Pourquoi alors tant de bavardages ? Tant d’énergies perdues? À vrai dire peu de choses…
Je ne me présente pas à vous ce soir , pour travailler moi-même au niveau de la critique et affirmer que vous n’avez rien construit de valable…

Loin de moi cette idée, nous savons bien la somme de travail déjà fournie…

Nous savons fort bien l’idéal qui anime votre coeur…
Mais …vous ne pouvez vous en tenir là. Vous ne devez pas vous en tenir là !

Vous ne pouvez pas vous permettre d’avoir le souffle court ! C’est vous que vous devez aider ! Vous et les autres ! Car vous vivez dans chacun de vos frères d’un bout à l’autre de votre planète.

Comprenez-vous ce que je tente de vous dire ? Vous avez mis en route un moteur. Il faut maintenant alimenter ce moteur sans qu’il puisse y avoir d’excuse possible et inimaginable pour ne pas le faire.
Centrez vous !

Que veut dire se centrer ? Bien savoir simplement ce que l’on veut et la façon dont on le veut.
Éloignez de vous-mêmes, éloignez de votre préoccupation, à la limite, tout type de vocabulaire qui a trait à la spiritualité. Cela n’a pas d’importance et cela est à la limite , »du décorum »…

Nous espérons simplement deux choses:
Vous voir actifs sur le terrain, c’est-à-dire paisiblement vous-mêmes, des profondeurs de votre être, au-delà des bavardages, au-delà des mots et des paroles, des attitudes qui vous épuisent et qui ne sont que le reflet d’une superficie.

Moi-même, tel que vous m’entendez ici par le biais de notre frère Daniel, je ne suis qu’un masque, je ne suis qu’un masque comprenez-le!
Vous devez aller au-delà de votre masque, de la même façon que vous devez chercher au delà de la voix qui s’adresse ici à vous ce soir.
Votre Frère Morya qui s’adresse actuellement à vous : qui est-il ?

Que vous dit-il ? Est-ce qu’il est un être ascensionné qui vous fait une leçon de morale ?
Si vous comprenez cela, alors en vérité, je vous le dis, vous comprenez bien peu.
Cherchez quelle est la Force , quel est le Soleil qui se cache derrière ce masque et pourquoi il tente de vous stimuler de cette façon ?

Tant qu’il y aura la tâche que vous avez à accomplir , l’idéal que vous avez à rejoindre d’un côté, et vous-mêmes de l’autre, dans ce que vous connaissez de vous-mêmes, vous n’aurez pas compris l’essentiel. Je pourrais encore épiloguer longtemps sur cette énergie, cette force d’amour, de volonté que j’espère générer, réveiller en vous ce soir…mais il me semble parfois qu’un peu de silence est préférable à d’autres mots…
si nous avons placé notre confiance en vous, si je suis toujours avec vous ce soir avec d’autres Frères, c’est parce qu’il y a , je le sais, nous le savons, toujours et encore l’étincelle de l’action !
Alors de grâce, réveillez-la ! C’est parce que notre confiance peut encore être justifiée…
Méditez encore ces quelques mots et ne rejetez pas la faute sur l’autre, sachez prendre conscience de vos faiblesses, de là où votre égoïsme ou votre aveuglement vous poussent vous-mêmes trop souvent…

Morya El

 

texte canalisé et écrit par Daniel Meurois

Entretien avec le Maître Morya Avril 2016

Entretien avec le Maître Morya Avril 2016

Entretien avec le Maître Morya Avril 2016

Daniel Meurois canalise le Maître El Morya. Celui-ci répond aux questions posées par de nombreuses personnes et transmises par Marie Johanne Croteau.
© Productions Intus Solaris avril 2016

Merci…

Merci... Pâques 1980… c’était très exactement la naissance de mon premier ouvrage : ¨Récits d’un...

la mort et l’après-vie

La mort… Qu’y a-t-il réellement de l’autre côté ? Chers amis, Marie Johanne et moi-même avons été...

NOM D’UN ACRONYME !

NOM D'UN ACRONYME !L’autre jour, j’ai rencontré une personne qui, loin d’être au RSA, avouait être...

RÉFLEXIONS PAÏENNES

RÉFLEXIONS PAÏENNES Ce matin, en découvrant certaines affirmations papales toutes récentes et même...

Vivre selon le mental du coeur…

Vivre selon le mental du coeur...Si on revenait sur la force du mental en nous ? Frère Morya nous...

Pèlerinage aux Pyramides d’Egypte

Pèlerinage aux Pyramides d’Egypte De l’Âme des Pharaons à l’Esprit du ChristDu 27 avril au 1er mai...

Entretien avec le Maître Morya Avril 2016

Daniel Meurois canalise le Maître El Morya.
Celui-ci répond aux questions posées par de nombreuses personnes et transmises par Marie Johanne Croteau.

Entrevue « LE LIVRE SECRET DE JESHUA »

Daniel Meurois, dans une entrevue menée par Éric Dudoit, nous parle à cœur ouvert de son tout...

Sur les traces ignorées de jésus… En Égypte

Daniel Meurois nous révèle ici quelques éléments d’une autre histoire complètement méconnue, celle de ¨Jésus l’Égyptien¨.

SUIS-JE ENCORE CHRÉTIEN ?

il est en effet assez facile de comprendre pourquoi notre Occident judéo-chrétien a vu – sans réagir ou presque – son ciment s’effriter en quelques décennies. Et qu’est-ce que le ciment d’une société si ce n’est sa croyance en un Principe supérieur rassembleur, sa foi, son espoir placé en un idéal ou, si on préfère, sa religion ?